Data Sprint – Cnap – Sciences Po

Sur invitation de Christophe Leclercq et du médialab de Sciences Po, l’équipe de MONADE composée de  Nicolas Thély et Octavia Effraim (Doctorante TAL, Rennes 2) a participé du 27 au 29 septembre 2016 au Datasprint organisé par le MediaLab et le Cnap. Les objectifs du Datasprint étaient les suivants : 

Le Médialab de Sciences Po et le Centre national des arts plastiques lancent un projet pilote destiné à mettre en valeur le Fonds national d’art contemporain et à expérimenter de nouvelles formes d’exploration de ses œuvres et de leur histoire, en relation avec ses multiples acteurs. La proposition suivante s’appuie sur l’expérience que le Médialab a acquise au cours des 7 années de son existence en matière d’exploitation et de design des données à usage des chercheurs en sciences sociales. Cette proposition s’inscrit aussi dans le cadre d’un renforcement de la ligne de recherche du laboratoire en direction de la socio-économie de la culture.

Cette proposition vise à démarrer, avec d’autres partenaires académiques, une collaboration entre Sciences Po et le Cnap centrée sur l’analyse scientifique du Fonds national d’art contemporain. L’objectif est double:

  •  encourager l’analyse scientifique de la collection du Cnap ;
  •  améliorer sa visibilité/lisibilité en décrivant cette collection unique par son mode d’acquisition, par son histoire, par son ampleur, par son système de dépôts.

 

Parmi les pistes de travail proposées, nous avons choisi d’interroger les « goûts de l’Etat » à partir des recherches que nous menons sur l’Esthétique Relationnelle en collaboration avec la MSHB et les Archives de la Critiques d’art (programme Mapping Relationnel Aesthetic).

Quatre groupes de travail se sont constitués autour de chercheurs en art. Notre groupe de travail était composé de : Pascal Beausse (Conservateur, Cnap), Jean-Philippe Cointet (Ingénieur de recherche, Inra), Octavia Effraim (Doctorante TAL, Rennes 2), Paul Girard (Ingénieur, MediaLab), Nicolas Thély (Professeur humanités numériques, Rennes 2), Riccardo Venturi (Post-doc Histoire de l’art, INHA), Benoît Verjat (Designer, MediaLab).

Photo : Christophe Leclercq

Pour conduire nos travaux dans la cadre du datasprint, nous nous sommes accordés sur la problématique suivante : Comment mesurer l’impact d’une théorie prescriptive sur une collection publique ? Nous avons décidé de travailler à partir du cas de l’Esthétique Relationnelle de Nicolas Bourriaud (1985-2001). Cette théorie de l’art composée d’emprunts à Félix Guattari, Michel Foucault et Michel de Certeau, décrit des pratiques d’artistes qui tendent à infléchir les usages dans la construction du social, à modifier les ordres de valeurs par des opérations de montages de formes. Parfois critiquée pour sa faiblesse théorique et son contenu idéologique (Bishop, 2004), l’Esthétique Relationnelle a eu un fort pouvoir prescripteur auprès des opérateurs de l’art contemporain (galeries, presses spécialisées) et a su s’exporter à l’étranger.

 

Les données exploitables sont les suivantes :

  • La base de données du Cnap ; 
  • Une liste de 56 noms d’artistes cités dans l’ouvrage Esthétique Relationnelle (2001) – textes écrits entre 1993 et 2000. [Remarque : c’est une liste non exhaustive qui contient uniquement les noms d’artistes cités dans le cadre d’exposition (≠ filiation). Les textes de cet ouvrage sont issus de catalogues ou de la revue Documents sur l’art.]

 

Après consultation de la base de données, nous remarquons :

  • que certains artistes semblent être extrêmement suivis par le Cnap (ex : Pierre Joseph : 37 œuvres)
  • que les artistes dits emblématiques (Tiravanija, Huyghe, etc.) sont bien présents. 
  • que sur 56 artistes cités dans l’ouvrage de Nicolas Bourriaud, 37 sont présents dans la base (donc dans la collection) et correspondent à 226 pièces.
  • que sur ces 226 pièces, il y a des « séries » dans l’ensemble de ce groupe d’œuvre. Une fois le fichier “nettoyé”, on obtient 37 artistes et 147 pièces.
  • qu’il faut également prendre en compte les collaborations.
  • Au final, on obtient un corpus de 37 + 11 (collaborations) = 48 artistes pour 158 œuvres.

 

Afin d’apporter des éléments de réponse à la problématique « Comment mesurer l’impact d’une théorie prescriptive sur une collection publique ? », à la lumière de nos premières impressions produites par la fréquentation de la base de données, nous avons formulé deux questions qui semblent très proches mais qui permettront à à Jean-Philippe Cointet, Octavia Effraim, Paul Girard et Benoît Verjat de commencer un travail de conceptualisation, de fouille et de prototypage : 

  • Quand se manifeste l’intérêt du Cnap pour une oeuvre ou pour un artiste ? (remarque : ambiguïté entre “oeuvres” et “artistes”. Quel vocable employer pour interroger la base ? )
  • Quelle est la vie d’une oeuvre une fois acquise ? (création, acquisition, exposition, dépôts, transfert).

 

Informaticiens, ingénieurs numériques et designers prennent à ce moment la main sur le développement du projet : 

  • Jean-Michel Cointet interroge le corpus du Cnap. Il s’agit de révéler les relations discrètes (il n’y a rien de nouveau, mais il faut mettre en évidence les relations implicites). En étudiant les collaborations entre artistes dans l’ensemble de la collection, Jean-Michel Cointet repère un groupe d’artistes qui ont contribué à l’histoire de l’Esthétique Relationnelle. Graphiquement, il constitue une constellation isolée (en jaune) au sein du grand ensemble que représente la collection.

Les collaborations entre artistes dans la base de données du Cnap

 

 

Gros plan : collaborations entre les artistes de l’Esthétique Relationnelle.

 

  • De son côté, Octavia Effraim interroge à partir de la classification AFC (analyse factorielle des correspondances) des champs textuels les fiches des œuvres de 1980 à 2017 . Six classes émergent dont trois qui nous permettent de saisir la matérialité des œuvres au sein de la collection : classe 1 (papier), classe 6 (épreuve photographique) et classe 5 (sol).

 

En focalisant sur les 158 œuvres identifiées « esthétique relationnelle  » au sein de la collection, les résultats sont plus homogènes : la classe 4 (cadre), la classe 1 (papier) et la classe 2 (verre) sont toutefois dominants.



  • Paul Girard et Benoît Verjat proposent de travailler sur l’ensemble de la base et de mettre en évidence les patterns.  Il s’agira par la suite d’étudier la séquence 1985 à aujourd’hui afin de montrer la carrière des oeuvres, d’essayer de rendre visible l’action du Cnap (réactivité, repérage, achat, exposition, etc..)

Photo : Christophe Leclercq

 

 

Ce datasprint nous a permis d’expérimenter au quotidien une interdisciplinarité qui nous a permis : 

  • de constater un écart entre la consultation de la base de données du Cnap et le travail avec les données restructurées de la base (Pierre Joseph passe de 37 pièces à 4).
  • d’établir un corpus de référence : 48 artistes pour 158 œuvres.
  • de travailler continuellement selon deux modalités : montrer relations discrètes / regarder avec le filtre ER.
  • de faire le choix de passer du chronologique au séquentiel (géométrique) ; 
  • de considérer les activités comme des événements.
  • de requalifier en type de présence ce qui relève de l’intensité d’une action, du soutien, de l’accompagnement, et de la fidélité.
  • d’identifier de nouvelles pistes à exploiter plus tard (composition des comités d’achat).

 

Au final, sur deux jours et demi de datasprint, nous avons obtenu différentes représentations des données du Cnap mettant en évidence :

  • un schéma de la méthodologie générale

Schéma : Paul Girard

 

  • un profil d’artiste structuré sous la forme de nombre d’événements par année

Capture : Paul Girard

  • la répartition de la longueur de cette séquence par nombre d’artiste. (longueur de durée de vie dans la base : max 350 ans aujourd’hui. moyenne : 40 et 190 ans – à l’inverse : 4 ans .)

Diagramme : Paul Girard

  • les collaborations dans le cadre de l’ensemble de la collection et dans le cadre de l’ER (voir plus haut les visualisations de Jean-Philippe Cointet)

 

  • une ligne de temps (timeline) qui synthétise d’une part la vie des oeuvres et d’autre part les actions du Cnap.

Schéma : Paul Girard et Benoît Verjat

  • élargir le corpus (réseau de collaboration, co-participation pour saisir la dynamique) à partir des expositions impliquant les 37 artistes du corpus de référence.

Graphe : Jean-Philippe Cointet

 

Graphe : Jean-Philippe Cointet

 

 

Ce datasprint, nous a permis de concevoir le prototype d’un outil précieux qui permettrait de mesurer les pratiques et l’évolution du goût de l’Etat.

Photo : Christophe Leclercq
Conception graphique de l’outil : Benoît Verjat

 

 


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *