MONADE [TTAC]: Paramétrage des enregistreurs de données GPS

Durée de l’expérience :  72 heures.

 

Le terrain d’enquête est la manifestation internationale de référence : la biennale de Venise et plus précisément les journées professionnelles de la 56e biennale de Venise qui va se dérouler du 6 au  9 mai. Pour participer aux journées professionnelles, en tant que critiques, il faut faire une demande d’accréditation auprès de la biennale, seul les critiques oeuvrant pour un support peuvent y prétendre.

En chiffre, la 56e biennale de Venise ce sont 89 pavillons nationaux et 44 expositions associées, soient 136 artistes exposés dont 89 pour la première fois.

Autant dire qu’il s’agit d’un véritable marathon qui consistera à visiter et à apprécier autant d’oeuvres inédites avec a priori pour seuls cadres esthétiques les choix assumés des pavillons nationaux et la thématique de biennale – All The World’s Future- proposée par le commissaire générale Okwui Enwezor.

Géographiquement la biennale prend place dans la partie Est du quartier du Castello, dans les Giardini où se trouvent les pavillons nationaux depuis 1895 , l’Arsenale où se déploie depuis 1999 l’exposition thématique. Mais la biennale se déploie aussi dans le reste de la ville avec plus d’une quarantaine d’expositions dites collatérales se concentrant plus précisément dans le secteur San Marco, Academia et la partie Est de Dorsoduro.  Ainsi pendant quatre jours les “professionnels” de l’art dont les critiques vont arpenter la ville selon ces différents points d’intérêts, l’attention braquée sur les oeuvres contemporaines, appréciant les façades des palais et des églises, mais négligeant, faute de temps, les trésors picturaux de Tintoret, Titien, ou Véronèse.

La mise en place de cette enquête à distance implique de travailler en collaboration avec des critiques d’art qui acceptent d’être suivi à la trace ou le pour le dire autrement qui accepte qu’un regard extérieur se porte sur leur déplacement, sur la manière de travailler sur place pendant ces quatre journées intensives.

Le choix s’est fait en fonction de leurs contraintes et de certaines contingences. Sur cinq critiques pressentis habitués à ces grands rendez-vous et travaillant pour des supports de références, deux ont accepté de participer à cette expérience. 

Nous les appellerons « monade 1 » et « monade 2 ». Ils se connaissent mais ils ne savent que l’un et l’autre participent à la ma même expérience. J’ai convenu avec eux des moments de la journées où les enregistreurs de données GPS enregistreront leurs déplacements.

Pour « monade 1 », nous avons convenu l’enregistrement suivant :

6 mai 7 mai 8 mai 9 mai
11h-19h 11h-19h 11h-19h 11h-17h
soient 30 h

 

Pour « monade 2 », nous avons convenu l’enregistrement suivant :

6 mai 7 mai 8 mai 9 mai
10h-16h 10h-16h 10h-16h 10h-16h
soient 24 h

 

L’un et l’autre ont reçu par la poste l’enregistreur GPS et le courrier qui suit :

 » Cher X,

Je te remercie d’avoir accepté de contribuer au travail de recherche que je conduis actuellement sur l’activité de la critique d’art.

Cette enveloppe contient :

  • un enregistreur de données GPS “iGotYou”
  • une enveloppe affranchie pour le retour de l’enregistreur
  • une lettre de présentation du projet et du protocole de travail.

L’enregistreur de données GPS a été programmé de la manière suivante : [tableau récapitulatif]

L’enregistreur peut être placé dans une poche de veste, de blouson ou bien dans une poche de d’un sac à dos. Il faut éviter de le mettre dans une poche de pantalon ou de le coincer au fond d’un sac entre deux masses importantes (bouquin ou bien ordinateur).

Si tu pouvais tenir une liste sommaire des expos vues dans la journée cela me serait d’une aide précieuse pour exploiter rapidement les données enregistrées. Mais ce n’est pas une obligation, je ne veux pas que cette observation soit contraignante.
Je te souhaite un bon séjour, »

 

 

 


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *