Séance n° 2 du séminaire « La Fabrique des Cartes » : « Les pratiques de cartographie comme instruments heuristiques pour les humanités numériques »

seminaire-mapping-affiche

Affiche de la séance « Mapping the Republic of Letters: les pratiques de cartographie comme
instruments heuristiques pour les humanités numériques », dans le cadre du séminaire « Les fabriques cartographiques contemporaines : de la modélisation aux pratiques empiriques ?

 

Argumentaire

Le premier temps du séminaire « Les fabriques cartographiques contemporaines » était consacré à l’interrogation de la notion de contraintes cartographiques à travers l’extension des méthodes oulipiennes menées par l’OuCarPo. Cette seconde séance a été l’occasion de porter notre attention sur le recours à la cartographie en tant qu’instrument de découverte et d’invention dans le champ des sciences humaines. Cette approche de la cartographie comme pratique heuristique induit de multiples hybridations méthodologiques et épistémologiques, et a donné naissance à une série réflexions et réalisations fertiles dans le cadre du mouvement des Digital Humanities.

Dans cette optique, nous avons, dans le cadre de la seconde séance du séminaire organisée par le groupe de recherche MONADE, pris pour objet d’étude structurant le projet Mapping the Republic of Letters. Mené au sein de l’Université de Stanford depuis 2007, ce dernier se fonde sur de multiples expériences de collaboration entre équipes de chercheurs, ingénieurs et designers. Le souci central de cette coopération interdisciplinaire consiste à explorer et analyser, par le biais d’instruments numériques faisant un usage extensif de la cartographie, un vaste corpus d’échanges épistolaires entre plusieurs intellectuels des Lumières qui s’étend du XVIIe au XVIIIe siècle ─ baptisé et identifié par l’expression de « République des Lettres ». Mapping the Republic of Letters (MtRoL) prend ces derniers comme objet d’étude à travers la construction et l’exploration d’une base de données regroupant les représentations numériques de plus de 55000 lettres et documents échangés entre 6400 correspondants.

Le projet, en tant qu’objet d’étude et vecteur de retours d’expérience, nous a semblé intéressant en cela qu’il interroge les pratiques d’interprétation de données en sciences humaines et leurs fondements épistémologiques : alors que les conventions académiques de disciplines telles que l’histoire de la littérature encourageraient plutôt la mobilisation des pratiques de lecture de proximité — close reading — ces nouveaux types d’objets et d’environnements de travail à forte dimension cartographique provoquent un certain déplacement d’échelle vers une lecture plus distante — distant reading, selon l’expression de Franco Moretti. Cette dernière modalité de lecture « distante » des corpus des Sciences Humaines a ouvert à la voie à la formulation de questions de recherche et de pratiques d’interprétation inédits dans les disciplines concernées. Nous avons notamment choisi d’aborder ces mutations à travers le questionnement de concepts clés (et par ailleurs difficilement traduisibles de manière satisfaisante en français) de mapping et de patterns.

Cette séance s’est donc construite par la rencontre de trois types de contributions aux questions soulevées par MtRoL : tout d’abord, l’intervention et le témoignage de deux acteurs centraux du projet ─ Nicole Coleman (directrice du projet) et Giorgio Caviglia (designer) ; ensuite, un exercice intellectuel d’appropriation et de reformulation des problématiques de recherche des doctorants du groupe MONADE au prisme de celles du projet ; enfin, l’invitation et l’échange avec un chercheur français aux questionnement très proches ─ Anne-Lyse Renon. Que nous apporte le processus de spatialisation des données d’une recherche ? Comment concevoir et appréhender le territoire produit par ces instruments d’analyse heuristique ? Jusqu’où ces formes cartographiques renouvelées par les technologies numériques relèvent-t-elle d’une forme d’abstraction et quels enjeux et débats cela pose-t-il à la recherche ? Enfin, comment saisir la notion de patterns et quelle portée scientifique attribuer à une telle approche méthodologique ?

Programme de la séance

Jour 1 : présentations et discussions

10h-11h : Giorgio Caviglia, Stanford University. – “mapping heuristic practices for the Republic of Letters”

11h30-12h : Alexandre Dupont, Université de Rennes 2. – “why mapping and scientific value of patterns”

12h-12h-30 : Robin de Mourat, Université de Rennes 2. – “digital mapping instruments and scholarly communication “

14h15-14h45 : Virginie Pringuet, Université de Rennes 2. – “Mapping contemporary public art: moving borders of public space.”

14h30-15h30 : Anne-Lyse Renon, EHESS/CNRS. – “Design as a Verb: Graphical Methods For Semantic Change Modeling”

15h30-16h30 : Laurence Corbel, Université de Rennes. – “Artwords.org – mapping artists’s stories

17h-18h : Nicole Coleman, Stanford University. – “Mapping the Republic of Letters: A Brief History”

Jour 2 : atelier « cartographie et questions de recherche en humanités numériques »

9h30-12h : formulation de questions de recherche à partir de deux jeux de données – exploration desdits jeux via les outils RAW et Palladio

14h-17h : mise en forme de cartes d’exploration des questions soulevées, spécification d’outils cartographiques permettant de les nourrir.

17h-18h : présentation des résultats – point sur les questions soulevées par la séance.

 


Voir la plaquette du séminaire

Suivront dans cette catégorie du carnet une série de messages rendant compte de quelques unes des interventions et contributions de cette séance de deux jours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *