Création du groupe de recherche MONADE

Texte cadre

Il existe depuis les années 1990 un champ de la théorie de l’art contemporain pour lequel les supports électroniques et numériques (vidéodisques, CD-ROM, DVD-ROM) sont des technologies de la connaissance et de la création, un cadre cognitif qui permet de conceptualiser et d’expérimenter le savoir et les connaissances. Les sources (textes, images fixes, vidéo, etc.), transformées en données, y apparaissent de manières fragmentées et sont sous le régime de la discrétisation afin d’assurer le passage d’une information à une autre. Les recherches conduites notamment en France, à Paris 1 au laboratoire des arts et des médias et Paris 8 à l’observatoire des nouveaux médias, ont permis d’expérimenter le rassemblement d’objets théoriques, culturels et artistiques à travers la constitution de bases de données, le recours à la programmation et la création d’interface.

Le défi à relever aujourd’hui consiste à poursuivre ce travail académique dans le contexte de l’Internet. Comment travailler dans ce qui apparaît aujourd’hui comme l’infinité des ressources du Web et de la numérisation des données ? Comment fabriquer des liens entre des flux de données ? Comment garantir la légitimité et l’actualité d’un savoir dans un système ouvert ? Comment répondre technologiquement et conceptuellement à la connexion des bases de données qui traitent des mêmes objets ? Comment concevoir des outils d’exploration et d’analyse de ces bases de données ? Comment mettre en forme les données d’une époque ?

Lev Manovich signale avec force ce changement d’échelle des terrains d’enquête : « Autrefois, les théoriciens et les historiens de la culture pouvaient concevoir des théories et des récits historiques à partir de petits ensembles de données (par exemple la Renaissance italienne, le cinéma hollywoodien classique, le post-modernisme, etc.). Mais comment pouvons-nous suivre « la culture numérique globale », avec ses milliards d’objets culturels, et ses centaines de millions de contributeurs ? Autrefois, on pouvait écrire sur la culture en suivant ce qui se passait dans un petit nombre de capitales mondiales et d’écoles. Mais comment suivre le développement dans des dizaines de milliers de villes et d’établissements académiques ?». Lev Manovich attire l’attention sur le fait que l’étude de la quiddité de l’art importe moins que le fait de comprendre les relations entretenues dans le temps et l’espace par des individus et des objets, qu’ils soient isolés ou en groupe. Il réintroduit la notion d’objets singuliers et autonomes à étudier selon différentes échelles d’analyses, échelle microscopique ou macroscopique.

Dans ce contexte, MONADE est un acronyme heureux. Signifiant « méthodes et outils numériques pour et par la recherche en Art, Design et Esthétique », il renvoie explicitement à la monade leibnizienne (cette substance simple et sans partie), et à sa carrière dans le champ philosophique, esthétique, politique et épistémologique : la monade désignant l’œuvre d’art pour Lukacs, Benjamin et Adorno, l’individu pour Marx et Tarde, et enfin les entités du monde pour Latour (choses, concepts, théories, etc.). On remarquera que cette notion a connu de nombreux glissements interprétatifs au sein de différentes disciplines.

L’objectif du groupe MONADE, réuni autour de Nicolas Thély, professeur en arts, esthétique et humanités numériques à l’Université de Rennes 2, est d’explorer les nouvelles esthétiques du rapport au savoir qui repose sur le recours à l’informatique, à la programmation et aux statistiques.

MONADE désigne une volonté commune au sein du laboratoire Arts plastiques de développer à Rennes 2 des outils et des méthodes tirant partis de technologies et d’infrastructures numériques afin de conduire et de soutenir des recherches relevant des domaines de l’Art (pratique et théorique).

L’objectif à long terme est d’engager des collaborations entre chercheurs en art, en design et en informatique, afin d’élaborer des outils numériques singuliers ouvrant de nouvelles directions dans les recherche en art et dans d’autres disciplines de sciences humaines.

 

 

 

 

 

 


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *